Potins

Aislinn Derbez présume que ses carrés sont de retour

«Je tiens à dédier cela à toutes les mères post-partum qui ressentent la pression sociale pour revenir à la normale; nous nous sommes sentis mal de voir d’autres mères présumer «corps» ou qu’elles sont «parfaites» comme si rien n’était arrivé à quoi que ce soit qui ait accouché. Parce qu’il n’ya rien de plus éloigné de la réalité de la grande majorité… uff combien de dégâts cela nous fait-il? Et presque personne n'en parle ... combien c'est difficile pour nous tous qui n'aiment pas ça. Combien de dégâts cela nous compare-t-il. Je pense que les réseaux sociaux doivent être transmutés pour parler du réel, de l'humain et du vulnérable, et pas seulement du "parfait". Pour moi personnellement, le processus a été lent (et rien de facile). J'étais pressé de revenir "à la normale" mais j'étais coincé avec beaucoup de kilos les 5 premiers mois de post-partum. Pendant un moment, j'ai fait de l'exercice tous les jours et je n'ai vu aucun résultat. Jusqu'à ce que j'arrête tout et me consacre à creuser plus profondément, à être plus respectueux, plus aimant et plus reconnaissant envers mon corps. Donner du temps, de l'espace et de la patience à mon corps. Guérir non seulement le physique mais le profond. Affronter et assimiler autant de changements et assumer l'entière responsabilité de la nouvelle responsabilité qui vous oblige à abandonner l'immaturité. Pour réaliser combien de sécurité j'avais mis en "retour à la normale" ... et si je ne reviens jamais? Cela m’a traversé l’esprit mille fois. Et puis j'ai réalisé que oui, en effet, je ne reviendrai jamais car je suis quelqu'un d'autre. Une grande partie de moi est morte en couches et une autre inconnue est née. Et tout comme les bébés qui naissent, tout est nouveau, ils ne comprennent rien, ils sont constamment en crise et ont besoin de beaucoup de confinement; Le post-partum (si nous nous permettons de le vivre) est également plein de crise, il est très sauvage, solitaire, cru et beau en même temps. Et personne ne peut nous contenir car nous en avons besoin plus que nous-mêmes. Personne qui n'a pas vécu cela pourrait comprendre. Cela vous secoue peu de choses dans la vie, mais vous guérit du plus profond pour vous montrer qui vous êtes vraiment et ce dont vous êtes capable. Et vous, mamans, comment l'avez-vous vécu?

Et cet article ne vaudrait pas le coup sans vous montrer la photo de ce que c'était il y a 3 mois, le corps est sage et réagit à un bon traitement, sans me tuer avec un régime ou de l'exercice. "

C’est ainsi qu’Aislinn Derbez a envoyé le message le plus beau et le plus sage qui l’ait quittée. C'est certainement une source d'inspiration positive.